Kinaiia
Rechercher

Astragale et télomérase

 La télomérase : une enzyme « antivieillissement »

 

Les chromosomes sont protégés par une sorte de capuchon, que l’on nomme TELOMERE. A chaque division cellulaire, le télomère raccourcit jusqu’à sa disparition complète.

 

En 1984, des scientifiques américains ont relié ce raccourcissement au processus de vieillissement de l’organisme. Ils ont également mis en évidence une enzyme, la TELOMERASE, qui permet non seulement de ralentir le raccourcissement des télomères, mais qui favoriserait aussi leur reconstruction, allongeant considérablement la durée de vie des cellules (Découvertes récompensées par le  Prix Nobel de médecine 2009).

 

Malheureusement, cette enzyme est absente de la plupart des cellules adultes.

 

 

 

 L’astragale : un activateur naturel de la télomérase 

 

Il existe une catégorie de plantes dont la consommation régulière augmente la vitalité de l’organisme et le rend plus résistant aux différentes sortes de stress. Ces plantes sont dites "adaptogènes", car elles permettent de mieux s’adapter à des changements d’environnement.

 

La médecine traditionnelle asiatique connaît et utilise ces plantes depuis des millénaires.

 

La science moderne a confirmé qu’elles avaient des propriétés exceptionnelles et que l’une des plus remarquables était l’astragale (Astragalus membranaceus).

 

Les nombreuses recherches pharmacologiques sur l’astragale ont ainsi permis d’identifier certaines molécules, l’astragaloside IV et le cycloastragénol, capables d’activer la télomérase.

 

Des études ont montré que si la télomérase est activée, on observe un rajeunissement de plusieurs tissus et organes, dont la peau, les cheveux et les ongles.

 

 

 Des résultats dermatologiques concrets 

 

 L'astragale favorise la production d'acide hyaluronique, qui lui-même accroît l’activité des fibroblastes, les cellules productrices de collagène (étude in vitro). Comme les niveaux d’acide hyaluronique baissent avec l'âge, la synthèse du collagène est également réduite, ce qui entraîne les signes cliniques du vieillissement cutané.

 

  L'astragale stimule directement la synthèse de collagène, en « rajeunissant » les fibroblastes (étude in vitro). Rappelons que le collagène est la principale protéine constitutive de la structure du derme. Le vieillissement de la peau (relâchement et apparition des rides) se manifeste principalement lorsque le collagène est endommagé.

 

  L’astragale protège les tissus constitutifs de la matrice extracellulaire (la structure organique qui assure la densité, la fermeté et l'élasticité cutanée). Des chercheurs ont prouvé qu’un extrait spécifique d’astragale, appliqué à une concentration de 200 mg/ml, était capable d’inhiber de 97,5% l’élastase, l'enzyme qui dégrade l'élastine. Avec une application à 300 mg/ml, il inhibe de 99% les collagénases, les enzymes qui dégradent le collagène. Et même à très faible dose (20 mg/ml), il inhibe de 93,8% la tyrosinase, l’enzyme responsable de l’apparition des tâches brunes. A l’issue de ces expériences en laboratoires, une étude clinique de 8 semaines a été menée en appliquant une crème topique contenant 0,2% d'extrait d’astragale. A la fin de l’étude, une amélioration significative de la texture, de l'élasticité et du tonus cutané a été constatée.

 

 

  Conclusion 

 

L’action protectrice et régénérante de l’astragale, dont certaines des molécules peuvent activer la télomérase, a été scientifiquement prouvée.

 

  Chez Kinaiia, nous avons donc tout naturellement choisi d’utiliser l’astragale comme actif de référence pour nos soins cutanés.

 

 


Pour approfondir le sujet

 « L’astragale une légumineuse très spéciale », un article de Maggy SANNER, journaliste à Epoch Times (journal international basé à New York), 2011

« Astragale plante et bienfaits - Astragalus membranaceus et vertus médicinales », un article de Alexis ROGER sur le site canadien de la « santé au naturel » naturalexis.com (le paragraphe 9 parle plus précisément des vertus dermatologiques)

« Rajeunir, la promesse de la télomérase », un article publié sur Le Monde.fr le 5 décembre 2013

Télomères, maladies et vieillissement” un article d’Axel KAHN, M/S médecine/sciences, 2005

 

 

Références :  

Blackburn E. H. et al., Telomeres and telomerase. The path from maize, tetrahymena and yeast to human cancer and aging. Nat. Med. 2006 ; 12 : 1133-1138.
Cawthon R. M. et al., Association between telomere length in blood and mortality in people aged 60 years or older. Lancet 2003 ; 361 : 359-395.
Jiang X. R. et al., Telomerase expression in human somatic cells does not induce changes associated with a transformed phenotype. Nat. Genet. 1999 ; 21 : 111-114.
Bodnar A. G. et al. Extension of life span by introduction of telomerase into normal human cells. Science 1998 ; 279 : 349-52.
DePinho R. A. et al. ,Telomerase activation reverses tissue degeneration in aged telomere-deficient mice. Nature 469, 102-106, January 2010. Published online 28 November 2010.
Harley Calvin B. et al., A natural product telomerase activator as part of a health maintenance program. Rejuvenation Research. Online ahead of print: September 7, 2010. Doi: 10.1089/rej.2010.1085.
Khan, Ikhlas A. and Abourashed, Ehab A. Leungs Encyclopedia of Common Natural Ingredients: Used in Food, Drugs and Cosmetics. s.l.: John Wiley and Sons, 2009. ISBN 047146743X, 9780471467434.
Ionkova, I. Astragalus Species (Milk Vetch): In Vitro Culture and the Production of Saponins, Astragaline, and Other Biologically Active Compounds. [book auth.] Y. P. S. Bajaj. Medicinal and aromatic plants, Volume 8. s.l.: Springer, 1995. ISBN 3540582983, 9783540582984.
Siegel, Lee J. Are Telomeres the Key to Aging and Cancer? The University of Utah. . [Online] 2011. [Cited: May 16, 2011.]

Hsu, M.F., Chiang, B.H. J Ethnopharmacol. 125(3): Stimulating effects of Bacillus subtilis natto-fermented Radix astragali on hyaluronic acid production in human skin cells. PubMed: U.S. National Library of Medicine and the National Institutes of Health. [Online] September 25, 2009. [Cited: May 11, 2011.].

Hsu, Mei-Fang and Chiang, Been-Huang. Process Biochemistry 44(1): Effect of Bacillus subtilis natto–fermented Radix astragali on collagen production in human skin fibroblasts. ScienceDirect. [Online] January 2009.
Choi, DuBok, et al. Korean Journal of Chemical Engineering 28(3): Potential application of acetone extract of Astragalus sinicus Linne seed to functional cosmetics. SpringerLink. [Online] 2010. [Cited: May 11, 2011.].